Les 7 piliers du bonheur hygge

Je cultive l’instant présent 

Les 7 piliers du bonheur hygge

S’asseoir et profiter de l’instant présent…

C’est l’une des activités les plus difficiles à réaliser : On a le sentiment de remonter un courant à contresens, de lutter contre des vagues plus hautes que soi. Il y a la liste des choses à faire, qui s’allonge et se rallonge, mais aussi cette petite déception qui pointe souvent son nez lorsqu’on fait un effort pour se poser et qu’on ne parvient pas à lâcher prise. 

Les enfants s’engouffrent au contraire avec une facilité déconcertante dans l’instant présent. Pour eux tout est prétexte à hygger : la fabrication d’un gâteau, trois morceaux de tissu pour construire une cabane…

4 petits pas hygge vers l’instant présent

J’essaie de prêter attention à la poésie du quotidien. Je sais qu’elle se cache dans les détails. Comme Amélie Poulain, je regarde le bébé dans sa poussette qui regarde le chien, qui regarde le poulet en train de rôtir dans la boucherie. Je le raconterai ce soir, au dîner, à la place de ma complainte sur « le RER était encore en retard. »

Je mets du sens dans les gestes quotidiens : j’y suis la vaisselle avec le torchon utiliser ma grand-mère, je vaporise un peu d’huile essentielle de lavande sur les draps propres que je suis en train de changer. 

J’ouvre les volets, je pars au jardin, je dis bonjour à la maison. 

Je donne des noms à mes meubles préférés, ce qui m’accompagne dans mon quotidien : Simone, la vieille armoire normande, garde ma vaisselle, tandis que Gertrude, la commode de l’entrée, conserve mon linge.

J’écoute ma petite voix intérieure

Les 7 piliers du bonheur hygge

En entrant dans un mode de pensée hyggelig, on se surprend peu à peu à se poser la question plusieurs fois par jour : ce projet que j’ai pour aujourd’hui, sera-t-il hygge?

Me laisserait-il le temps de hygger? On s’habitue petit à petit à évaluer si une chose est hyggelig ou pas : c’est peut-être un objet, un moment passé avec une personne un voyage. 

Quoi qu’il en soit, à chaque instant virgule on peut faire le choix du hygge en écoutant sa petite voix intérieure.

Je suis bienveillant avec moi-même

Au Danemark la bienveillance et le bonheur ça prenne… À l’école. Il est fréquent que les élèves se remercient, se congratulent entre eux, et le professeur veille a toujours mentionner les points positifs, les progrès réalisés, afin de mettre en valeur les qualités propres à chacun.

C’est pourquoi il est également normal d’être bienveillant envers soi-même, comme on l’est envers les autres.

Mais ce n’est pas facile, lorsqu’on est habitué depuis l’enfance à réussir « pour faire plaisir à ses parents », à choisir une filière « parce que c’est la meilleure », à faire du sport « pour rester mince »… Il n’est pas étonnant que le soir, quand on s’effondre dans son canapé, on ait un peu tendance à considérer la journée qui vient de s’écouler de façon négative.

On continue à se reprocher « tout ce qu’on a pas fait » au lieu de voir à quel point ses heures ont été bien remplies grâce à nous.

Je suis hyggelig lorsque…

Les 7 piliers du bonheur hygge

Je me souris.

Je me dis bonjour le matin quand je m’éveille, comme je le ferai avec un invité.

Je me parle gentiment tout au long de la journée, et en particulier lorsque je rencontre des difficultés. 

Je me demande « comment vas-tu, là maintenant ? » Deux ou trois fois dans la journée.

Je m’invite à faire une pause si je me sens fatigué. 

Je dépose chaque semaine dans un gros bocal un petit rouleau de papier contenant le cours ici d’un bon moment vécu. En décembre, je rouvre mon bocal et je relis ces bons moments, avant le jour de l’an. 

Et oui, j’ai fait de très nombreuses « choses bienveillantes. »

Je partage mes moments de bien-être

On peut hygger seul, devant un beau coucher de soleil, voici face à sa fenêtre en savourant une boisson chaude.

Ces instants sont même indispensables pour se retrouver, s’écouter, passer un moment avec soi. 

Mais rien n’est plus hyggelig un moment partagé en petit nombre, avec le cercle restreint des êtres qui nous sont chers. Dans ces instants précieux, on sait que l’on peut être parfaitement soi-même. On a pas de rôle à jouer, à forcer le trait si l’on est fatigué ou à vanter sa dernière promotion du boulot. 

On se doit simplement d’être et de savourer ensemble le quotidien.

Les 7 piliers du bonheur hygge

Passer son chemin

Alors, pour découvrir peu à peu le bien-être hygge, on peut, sans culpabilité, faire le tri dans ses connaissances. On peut se demander si telle personne est pour nous une source d’inspiration, de créativité et de bien-être. Si on se sent crispé, stressé quand on y pense, alors mieux vaut passer notre chemin.

On peut se demander quelles sont les personnes qui portent sur nous un regard bienveillant. Et si on se sent jugé quand on y pense, alors mieux vaut passer son chemin.

Mauvaise journée ?

On repasse le film des événements et on se demande si aujourd’hui, une minute seulement, on a apporté quelque chose à quelqu’un . On a fait rire la boulangère qui faisait la tête ? Ce petit brin de partage éclair cet après-midi d’un petit rayon de hygge.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.